top of page

Comment Passer de l'Intention à l'Action avec la Méthode WOOP

Dernière mise à jour : 6 janv.



Introduction

Nous sommes au début d'une nouvelle année, et avec elle vient l'élan traditionnel des bonnes résolutions. Le défi réside souvent dans la transformation de ces intentions positives en actions concrètes. Alors une question persiste : comment donner vie à nos résolutions de janvier et maintenir cette énergie tout au long de l'année ?


Dans cet article, nous explorerons une approche scientifiquement fondée pour concrétiser vos résolutions de janvier, en nous appuyant sur les travaux de Gabriele Oettingen, professeure de psychologie à la New York University et à l'université de Hambourg, et sa méthode WOOP. Cette approche scientifique transcende les vœux éphémères et vous guide vers une action durable.



Les bonnes résolutions

Tout ce qui donne le sentiment de prendre un nouveau départ, de remettre les compteurs à zéro, a le pouvoir d'accroître la probabilité que l'on s'y mette.


Que ce soit à l'aube d'une nouvelle année, à l'occasion de votre anniversaire, ou au premier jour du printemps, chaque date importante offre une opportunité unique de redémarrer.


Il est essentiel de souligner que la prise de bonnes résolutions ne se cantone pas au seul mois de janvier. Le timing peut être choisi en fonction des moments significatifs personnels.


Prenons, par exemple, la scène annuelle des salles de sport, bondées en janvier puis mystérieusement délaissées au fil des mois. On dirait presque que les résolutions sont emportées par le vent glacial de l'hiver. Mais, au moment où tout semble perdu, une résurgence soudaine se produit au printemps – peut-être liée à l'anticipation des jours ensoleillés sur la plage et à l'objectif de devenir "Belle en bikini" ou "beau à suer" sous le soleil.


Cependant, maintenir ces bonnes intentions au-delà de la période initiale, par exemple au-delà de janvier, nécessite une compréhension approfondie de la psychologie qui sous-tend la transformation des souhaits en actions, et c'est là que la méthode WOOP entre en scène.



La Méthode WOOP Expliquée

WOOP, un acronyme pour Wish, Outcome, Obstacle, et Plan, se révèle être une alliée précieuse dans notre quête de transformation personnelle. Cette méthode a fait ses preuves pour concrétiser l'intention en l'action.


Wish (Souhait)

Identifiez clairement un souhait ou un objectif que vous aspirez à réaliser.


Par exemple, "Je souhaite incorporer une routine d'exercice en me rendant à la salle de sport deux fois par semaine."


Outcome (Résultat)

Visualisez de manière vivide le résultat positif de la réalisation de votre souhait ou de votre objectif. Ressentez les émotions associées à cette réussite.


Par exemple, " Je ressens une amélioration de ma vitalité et de ma santé" ou "Je pourrai fièrement arborer mon bikini sur la plage cet été."


Obstacle (Obstacle)

Identifiez les obstacles potentiels qui pourraient compromettre la réalisation de votre objectif. plongez dans vos craintes et vos appréhensions.


Dans notre exemple, peut-être la paresse, la fatigue ou le manque de temps menacent-ils votre engagement.


Plan

Élaborez un plan concret pour surmonter ces obstacles. Quelles actions spécifiques pouvez-vous entreprendre pour contourner les obstacles identifiés ?


Par exemple, "Si la paresse pointe le bout de son nez, je me rappellerai que chaque effort compte et que je serai satisfaite après chaque séance à la salle de sport" ou "Si j'ai la flemme me gagne, je m'obligerai à aller à la salle de sport et à me féliciter après chaque session accomplie."





Pourquoi la méthode WOOP fonctionne?

Pour comprendre pleinement l'efficacité de la Méthode WOOP, plongeons dans les mécanismes psychologiques qui la sous-tendent.


Cette approche novatrice s'appuie sur une combinaison astucieuse d'éléments cognitifs et émotionnels, avec une attention particulière portée au concept de contraste mental, tel que développé par Gabriele Oettingen.


En identifiant clairement un souhait, la première étape éveille notre intention et définit un cap. La visualisation vivide des résultats positifs dans la deuxième étape ancre ces aspirations dans notre esprit, créant une connexion émotionnelle avec le succès attendu.


Le contraste mental intervient lors de la troisième étape en nous confrontant à la réalité et aux obstacles potentiels, évitant ainsi les pièges de l'auto-illusion. Cette confrontation réaliste avec les défis possibles nous incite à anticiper les résistances, créant des automatismes mentaux qui doublent nos chances de succès.


Enfin, l'élaboration d'un plan concret dans la quatrième étape transforme nos intentions en actions tangibles, éliminant l'incertitude et offrant une direction claire.


En combinant ces éléments, la Méthode WOOP offre une approche complète qui prend en compte à la fois les aspects rationnels et émotionnels du processus de changement. En comprenant pourquoi cette méthode fonctionne, nous sommes mieux équipés pour l'appliquer avec succès dans notre propre quête de transformation personnelle.



Conclusion

Appliquez la méthode WOOP pour insuffler de la vie à vos résolutions. Laissez-vous inspirer par les travaux de Gabriele Oettingen. Cela vous permettra de surmonter les obstacles potentiels tout en maintenant la motivation à long terme. Que cette année soit le début d'un voyage vers une version meilleure et plus épanouissante de vous-même.



Références

Monin JK, Oettingen G, Laws H, David D, DeMatteo L, Marottoli R.J Gerontol B Psychol Sci Soc Sci. 2022 Mar 3;77(3):513-524. doi: 10.1093/geronb/gbab115.PMID: 34171086 Free PMC article. Clinical Trial.


Saddawi-Konefka D, Baker K, Guarino A, Burns SM, Oettingen G, Gollwitzer PM, Charnin JE.J Grad Med Educ. 2017 Aug;9(4):451-457. doi: 10.4300/JGME-D-16-00703.1.PMID: 28824757 Free PMC article. Clinical Trial.


Oettingen, G., Pak, H., & Schnetter, K. (2001). Self-regulation of goal-setting: Turning free fantasies about the future into binding goals. Journal of Personality and Social Psychology, 80(5), 736–753.


Oettingen, G., & Gollwitzer, P. M. (2010). Strategies of setting and implementing goals: Mental contrasting and implementation intentions. In J. E. Maddux & J. P. Tangney (Eds.), Social psychological foundations of clinical psychology (pp. 114–135).



28 vues0 commentaire
bottom of page